Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau-essai

MASTER 2 MÉDIAS & CRÉATION NUMÉRIQUE / EUROMÉDIA

| Partager :
Share |

Article Bien Public : Les paradoxes de l'Atheneum (21/11)

Atheneum BPChaque jeudi, dans les colonnes du Bien Public, les étudiants du master Euromédias de l’Université de Bourgogne révèlent les dessous du campus dijonnais. Aujourd’hui, quatrième volet de notre série consacré à l’Atheneum, lieu de rencontres culturelles sur le campus.

 

 

Un bloc de béton, une véranda aux vitraux colorés, et une fois à l’intérieur, une petite musique d’ambiance avec quelques jeunes discutant autour d’un café ou devant des jeux vidéo. Difficile de croire que l’Atheneum, centre culturel de l’Université de Bourgogne, est au cœur du campus. « C’est tranquille et convivial, dépaysant. On n’a pas du tout l’impression d’être à la fac. » Geoff et Justine, étudiants en première année d’histoire de l’art, viennent à l’Atheneum pour la deuxième fois. Ils ont découvert le lieu lors de la semaine de présentation du campus.

Pour Mélissa, étudiante en master 2 français langue étrangère, l’Atheneum « est vraiment un élément phare du campus ». Elle s’y rend souvent lorsqu’elle a un moment de libre pour faire une pause au calme ou découvrir les expositions temporaires. « Je sais qu’en me rendant ici, je pourrais toujours me documenter sur l’actualité culturelle de Dijon car il y a plein de programmes et de journaux à disposition, c’est plus sympa que de passer par Internet. »

Mais tous les étudiants ne partagent pas cet avis. Beaucoup n’ont même jamais mis les pieds à l’Atheneum. Yoann, en 2e année de LEA fait partie de ceux-ci. « Je ne pense pas à fréquenter ce lieu. On n’en entend pas beaucoup parler. » Camille, qui étudie l’histoire de l’art, estime elle aussi ne pas être assez informée et préfère rester dans son UFR. « Il faut traverser le campus pour aller là-bas, c’est plus simple de rester dans le même bâtiment. » Quant aux soirées organisées par l’Atheneum, « les concerts ne correspondent pas vraiment à ce que j’écoute », explique-t-elle.

"Il suffit d’être curieux et d’aller à la découverte des artistes et des créations"

Selon Dominique Barety, assistante communication à l’Atheneum, « la programmation contemporaine peut paraître peu accessible. Il suffit d’être curieux et d’aller à la découverte des artistes et des créations ». Les étudiants viennent souvent par hasard ou après avoir passé plusieurs années sur le campus. Trop rares sont ceux qui prennent le temps de découvrir le lieu. Dissimulé par la verdure dans le paysage universitaire, l’emplacement de l’Atheneum n’incite pas les étudiants à s’y rendre régulièrement. Les étudiants perçoivent peut-être davantage le campus comme leur lieu de travail, préférant le centre-ville pour se divertir. Même si certains se disent mal informés, il y a un tout de même un important travail de communication qui est fait : programme papier semestriel, tracts et affiches pour chaque événement ainsi que des relais par les médias. ­Dominique Barety encourage donc les étudiants à venir « sur le campus, tous les chemins mènent à l’Atheneum ! ».

Article rédigé par Cécile Chanu et Marie Hassan

 

 

Suivez-nous : icone facebooklogo-google-pluslogo-twitterlogo-viadeopicto uBlink

Cartes postales de stages

Ce contenu necessite l'installation du player Flash

Telecharger macromedia Flash Player

Université de Bourgogne