Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau-essai

MASTER 2 MÉDIAS & CRÉATION NUMÉRIQUE / EUROMÉDIA

Carte postale de stage : Clément Delpouve chez l'ACSR à Bruxelles

acsr 2Chaque lundi, un Euromédiateur nous envoie une carte postale de son lieu de stage, qu'il soit en Côte d'Or, ou ailleurs. Aujourd'hui, Clément Delpouve nous parle de son expérience à l'Atelier de Création Sonore et Radiophonique à Bruxelles pour préparer le festival "Monophonics".

Bonjour à tous,

A mon tour de vous écrire quelques mots pour vous faire part de mon expérience professionnelle…

Depuis Bruxelles, je tente d’obtenir une démarche davantage artistique que journalistique du média radiophonique. Je travaille au sein de l'atelier de création sonore et radiophonique (ACSR) qui développe une approche cinématographique du sonore. Producteur de documentaires et de fictions en tout genre, l'atelier propose un soutien technique et narratif permanent aux auteurs et réalisateurs porteurs de projets.


Nous disposons de trois studios : dérushage, montage et mixage. Des lieux propices pour aller à la rencontre d’auteurs et d’ingénieurs du son et mieux comprendre les contraintes et opportunités de la trame radiophonique.

Mon apprentissage jusqu'ici a déjà été très riche : pouvoir justifier le choix d'un dispositif technique, savoir organiser une structure narrative ou discursive, comprendre la chaîne de production, tout cela n’a presque plus de secret pour moi.

Mais ce n'est pas tout ! Ma venue à Bruxelles tient surtout à l'organisation du festival « Monophonic ». Dédiée à la création sonore, une radio éphémère créée spécialement pour le festival sera mise en place. Ma mission : organiser les réunions, faire le relais entre l'atelier et les radios partenaires, assister la communication, organiser la grille d'antenne.

Coté pratique, le matériel de grande qualité, est mis à ma disposition, ce qui me permet d'expérimenter ! Le festival sera également une opportunité pour concevoir des émissions et il m'a été confié la création de jingles et de virgules sonores.


Seul bémol. Un petit retour à la réalité sur la situation financière que peut apporter un tel job. Après un mois de stage, le verdict est malheureusement sans appel : on peut difficilement vivre de cette activité. Les subventions sont constamment revues à la baisse, le statut d'artiste est mis à mal et à l'issue des deux ans de réalisation, il ne reste généralement pas un sou…

 

Anna casque NB

 

 

 

Suivez-nous : icone facebooklogo-google-pluslogo-twitterlogo-viadeopicto uBlink

Université de Bourgogne